C’est que du bonheur !

Qu’est-ce que je peux détester cette expression et encore plus depuis ma première grossesse où cette phrase devient un vrai leitmotiv à chaque personne à qui tu apprends la bonne nouvelle : « tu verras, c’est que du bonheur ! »
Mais qu’est-ce qui pousse les gens à dire une truc pareil ? On a tellement besoin de se raccrocher à ces chimères pour faire passer les mauvais moments ? Pour se réconforter qu’on a pris les bonnes décisions, que malgré les nombreux mauvais côtés, rien n’est plus beau que donner la vie ??
Mouais, permettez-moi de dire que je trouve ça super hypocrite voire même dangereux dans le cas de ceux qui ne seraient pas un minimum préparés à ce qui les attendent.

mauxdegrossesse

La grossesse est loin d’être un bonheur sans faille. On est d’accord que ce n’est pas une maladie non plus mais arrêtons de minimiser cet état. Ce n’est pas la panacée de devoir composer avec tous ces petits maux au quotidien et c’est plutôt gênant de ne pouvoir rien contrôler, ni son corps, ni ses émotions, ni même parfois sa vessie !
Parce que quoi qu’on en dise et quel que soit son seuil de tolérance face à tous ces changements, les « maux de la grossesse » ça pèse au quotidien. Les nausées, l’essoufflement, les douleurs pelviennes, les crampes, les hémorroïdes (bon appétit), les boutons d’acné comme à vos 14 ans, les gencives irritées, le mal de dos, les aigreurs d’estomac, les insomnies et j’en passe sont parfois le lot quotidien des femmes et que dire pour celles qui ont le combo gagnant et qui cumulent !
Mais comme chaque femme est différente, les maux varient aussi d’une femme à l’autre. Il y a les chanceuses qui n’auront rien de tout cela mais qu’on ne me la fasse pas trop longtemps, c’est un peu comme ces filles qui peuvent s’empiffrer de junk food et ne pas prendre de grammes, on sait toutes que ce sont des exceptions, des ovnis.
Alors pourquoi TOUTES les femmes s’accordent à te dire que ce n’est que du bonheur ?
Je peux largement comprendre que celles qui vivent un parcours difficile pour être enceinte, soient plus à même d’accepter toutes ces contraintes mais encore une fois, ce n’est pas la majorité !

Et ce laïus continue après la naissance, les suites de couches restent dans une nébuleuse, quand tu veux en savoir plus, ne compte pas trop sur les témoignages de tes proches. Et que dire de la période où tu es tellement crevée que tu ne sais même plus comment tu t’appelles, où tu pleures à la moindre contrariété et où tout le monde te fait comprendre que tu devrais être la plus épanouie possible dans ton nouveau rôle de maman !
Non, non et non, la grossesse et la maternité en général ne sont pas que du bonheur.

Attention, je ne suis pas aigrie pour autant, je sais apprécier les bons moments aussi.
J’ai par exemple besoin de ces 9 mois et de la transformation de mon corps pour comprendre que je porte la vie, ça fait partie de mon processus pour devenir mère.
Je reconnais que mes ongles et mes cheveux ne sont jamais aussi beaux que pendant cette période mais j’aimerais qu’on écoute un peu plus les femmes enceintes et qu’on arrive à dire que non la grossesse et l’arrivée d’un bébé n’est pas QUE du bonheur.
C’est du bonheur teinté de moments de doute, de découragement, d’abattement qui sont parfaitement naturels. Arrêtons de faire culpabiliser les femmes avec un discours policé et de leur faire croire qu’elles ne sont pas normales de ne pas être toujours transportées par cette nouvelle étape.

Bref, avoir un enfant et l’élever, c’est du bonheur mais pas que !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *