Dans l’intimité des filles

Oui, aujourd’hui on va parler d’un sujet à haute teneur en œstrogènes MAIS contrairement à ce qu’on pourrait croire, je dirais aux hommes qui ont entamé cette lecture de ne pas fuir…
Après tout, si vous pouvez vous intéresser au cunnilingus, vous pourrez aussi vous sentir concernés par ce qu’il se passe ici bas les jours rouges. L’autre avantage, à part celui de ne pas mourir bête, c’est de pouvoir marquer des points auprès de votre dulcinée. Voir même lui apprendre comment la coupe menstruelle peut lui changer la vie et réduire ses dépenses.

Alors éduquons-nous ensemble !

Coupe menstruelle - cup

Oui, parce que finalement la cup ou coupe menstruelle, je ne connaissais pas du tout avant qu’un reportage sur les Maternelles ne pique ma curiosité, il y a quelques mois.
Les filles du plateau accueillaient Béa Johnson, cette française qui vit aux états-unis et qui a écrit le livre « zéro déchet ». Elle expliquait les trucs et astuces pour vivre en respectant la planète tout en faisant des économies. Un pari audacieux et tentant en ces temps de crise mais ce n’est pas le sujet du jour.
Sauf que Béa, qui est une femme somme toute assez élégante, t’explique qu’elle aussi s’est mise à la cup (pour des raisons écologiques et économiques, certes). Du coup, cet objet un peu barbare que tu n’arrives pas à imaginer enfiler dans les toilettes d’un restaurant sans t’en mettre plein les doigts (bon appétit !), devient moins inaccessible…

Alors la coupe menstruelle, c’est quoi ?

Pour celles qui ne connaissent pas du tout, un rapide résumé : c’est une coupe en silicone réutilisable qui te permet de venir récupérer le sang menstruel. En clair, tu insères cet objet dans ton vagin et hop adieu tampons, serviettes !
Après quelques temps d’adaptation, pour moi près de 2 cycles pour me faire vraiment au positionnement de la cup, je suis convaincue.
Attention, avant de me lancer dans cette aventure, je me suis un peu renseignée sur internet. Je t’invite d’ailleurs à le faire pour comprendre le mode d’emploi de ta nouvelle acquisition. J’ai consulté ma gynécologue aussi, histoire de ne pas me lancer sans une recommandation. Etant d’un âge « canonesque », elle n’a pas pu tester et approuver mais la conseille notamment pour les filles sujettes aux mycoses.
Bref, après avoir fait le tour des recommandations/explications, j’ai choisi ma cup (il en existe différentes tailles, différentes couleurs et différentes marques) et c’était parti.

Exemples de cup

Voilà un lien pour choisir celle qui te correspondra le mieux : bien choisir sa coupe menstruelle !

Mes principales craintes :

icone Ne pas pouvoir la mettre
Alors soyons francs, même si je suis à l’aise avec mon corps, les premières fois sont très étranges. Tu en as plein les doigts, tu es gauche, ça fait mal si tu ne la places pas bien. Un petit conseil, fais des tests chez toi pour ne pas te retrouver à devoir la repositionner au rayon fruits et légumes de ton supermarché ! Et puis, autre conseil, l’embout qui rassure au début pour l’attraper ne sert finalement à rien et peut faire même très mal, coupez le rapidement quand vous êtes à l’aise avec votre cup.

icone Me retrouver à vider ma cup en plein restau
Alors, ça c’est plutôt très très rare. Je crois que ça m’est arrivé une seule fois et au final je m’en suis très bien sortie. En fait, à moins d’avoir les chutes du niagara comme règles, tu peux la garder 12h d’affilée, et ouais… Et du coup, bah ça change la vie.
Voilà je n’avais que 2 vraies craintes et elles ont vite été balayées.

Et puis, pour achever de te convaincre, elle est très facile d’entretien, entre chaque cycle, tu l’as fait bouillir et hop c’est prêt pour la fois d’après. Ta cup est garantie 10 ans, tu ne pollues plus les rivières avec tes tampons et tu économises 40 euros par an. L’argument économique est léger, celui de la pollution peut te passer au-dessus de la tête mais franchement le confort de l’objet n’est pas à négliger. Peu de change, pas d’odeur, pas de gêne, pour moi c’est le combo idéal.

Et parmi vous, des adeptes de la coupe menstruelle ?

12 Comments on Dans l’intimité des filles

    • Merci pour ton témoignage ! Franchement je n’y vois que des avantages mais je comprends que certaines filles ne se sentent pas à l’aise.
      En fait, j’écris cet article surtout pour faire connaître ce moyen de protection que je trouve trop peu connu. Après serviettes, tampons ou cup, chacune sa méthode 🙂

  1. Un jour je vais essayer… un jour peut-être… Il faut se lancer j’imagine!
    Je suis certaine que les tampons sont vraiment mauvais pour notre frifri ( magnifique ahah) mais pourtant, difficile de passer à autre chose..

    • C’est exactement ça, il faut se lancer, je n’y suis pas allée d’emblée hein. Mais comme tu le dis, les tampons c’est parfois moyen pour nous. Par exemple au début et à la fin des règles, ça me faisait mal. Et avec la cup, c’est fini !
      Enfin pas la peine d’en rajouter, on aura compris que j’étais convaincue 🙂
      Merci pour ton commentaire en tous cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *