Vouloir des enfants ?

La fille qui ne voulait pas d’enfants pendant plus de 15 ans, c’est moi !
Celle qui n’a jamais eu de feeling avec eux, voir qui en avait peur.
Celle qui ne se sentait pas capable d’éduquer qui que ce soit.
Celle qui visualisait la grossesse comme d’avoir un alien à l’intérieur de soi.
La meuf qui dit à sa mère qu’elle a intérêt à s’habituer à l’idée de ne pas être grand-mère, c’est encore moi.

On te regarde étonné, amusé et puis tout le monde te dit que tu changeras d’avis, que le temps fera son œuvre, que tu ne peux pas envisager ta vie sans enfants. Ca m’agaçait tout autant que ça m’intriguait de ne rien ressentir face à tout cela.

Et puis, je suis partie vivre en Australie pendant 6 mois et au hasard des rencontres, je me suis retrouvée en plein milieu de l’outback à m’occuper de 5 gamins de 3 à 10 ans. Autant dire que j’étais mal à l’aise, pas vraiment légitime dans ce rôle.
Finalement, après 6 semaines où aucun accident n’a été à déplorer (enfin à part un œil au beurre noir pour moi, administrée par une fillette de 5 ans !), je suis revenue de cette expérience avec une nouvelle assurance. Une petite voix intérieure qui me disait que j’étais capable de m’occuper d’un enfant malgré mes peurs.

Et surtout l’envie est apparue avec le compagnon idéal pour fonder une famille et on s’est lancés, un peu naïfs dans cette aventure.
Ma grossesse s’est déroulée avec beaucoup de petits maux mais sans vraiment de problèmes majeurs.


[Remarquez la sérénité d’une femme enceinte quand elle ne sait pas encore ce qui l’attend et que son périnée est encore intact !]

L’accouchement a été un vrai traumatisme pour moi (le récit de mon aventure ici, femmes enceintes s’abstenir !) et l’idée d’avoir un autre enfant s’est refermée sur elle-même.
La première année de mon petit garçon a consisté essentiellement à jongler entre le pédiatre tous les 15 jours (merci la collectivité), un travail très prenant et une fatigue nouvelle (adieu les grasses mat’ mais aussi les nuits d’une seule traite) qui a été une épreuve pour mon couple et pour toute ma vie en général.
Moi, qui était plutôt du genre spontanée et insouciante, j’ai connu les affres de l’organisation, de l’anticipation pour le moindre détail et j’ai bien intégré ce qu’implique d’avoir la responsabilité d’un petit être vivant. Avouons le, ma légèreté s’est un peu perdue en cours de route malgré les mises en garde de mon entourage.

Alors quand à peine accouchée, mes proches ont commencé à me parler d’un petit deuxième, j’ai tout rejeté en bloc. Riant aux éclats face à ce discours qui me paraissait aussi valable que de me couper un bras !
Et puis… Vous commencez à me connaître après ces quelques lignes, « y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis » devrait être ma devise !
Mon garçon a grandit, son indépendance me fascine, mon CDD s’est terminé (pour le commun des mortels, ce ne serait pas une bonne raison mais bon), le calme est presque revenu à la maison et mon petit cerveau a recommencé à réfléchir à cette histoire de famille. Parce que même si je n’avais jamais eu de désir d’enfants avant ma première grossesse, je me suis toujours dit qu’un enfant unique était incompatible avec ma vision de la famille idéale. Le partage est bien la première chose que je veux inculquer à mon gnôme et hors de question pour moi d’engendrer un enfant roi (bon, faudra quand même que j’arrête d’avoir des idées aussi arrêtées !)

Et voilà comment on s’est lancés.

Pour ma première grossesse, je suis tombée enceinte dès le premier mois pour notre plus grande joie mais aussi à notre plus grande surprise, ayant autour de nous des gens qui ont toujours un peu attendus pour obtenir le précieux résultat positif.
Cette fois, c’était sûr, on allait devoir patienter.
Sauf que c’était sans compter sur le fait que je suis la fille la plus fertile du monde. Je tombe enceinte dès qu’on me touche. En gros au 15e siècle, j’aurais été la fille morte en couches à 26 ans après sa 12ème grossesse !

Le test de grossesse sous les yeux, on n’en revenait pas.
J’ai mis quasiment 3 mois à m’y faire.
Et je peux vous le dire maintenant, je vais être à nouveau maman et j’en suis TRES heureuse !

Souhaitez-moi bonne chance quand même ^-^

13 Comments on Vouloir des enfants ?

  1. Et moi a nouveau tata YES, moi qui pensait l’être jamais après seulement une fois et maintenant une deuxième holala quel bonheur, une année pleine d’émotions encore a venir 🙂

  2. J’admet avec honte ne pas avoir lu ce merveilleux blog depuis un lustre (je te rassure je n’en lis aucun depuis bien 3 ans maintenant) mais y revenir pour ce genre d’annonce vaut le coup.
    Auguri bella! Spero che ti vada tutto bene! Baci

  3. Bon mon com n’ était pas complet ! C’est pour ça que j’ai commenté
    aussi sur fb dans tous les cas je suis très contente pour
    toi… Pour vous… Et je vous souhaite que du bonheur !
    Bisous

    • Merci ! Concrètement je sais que tout cela ne va pas être que du bonheur mais on se laisse tenter avec bonheur ça c’est sûr 🙂 Merci pour tes encouragements et des bises à toute ta petite famille rayonnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *